Politiker und Wahlen, Wählen Sie frei, Äußern Sie aktiv Ihr demokratisches Recht, Online-Referendum
left right close

Mouvement Citoyens Genevois

> Schweiz > Parteien > Mouvement Citoyens Genevois
Mouvement Citoyens Genevois ist bereit für Ihre Meinung, Unterstützung und Stimme. Stimmen Sie gerade JETZT ONLINE!
 
Foto  MCG

MCG - für

Das Mouvement Citoyens Genevois ist eine Protestpartei im Schweizer Kanton Genf. | The Geneva Citizens' Movement is a political party in Switzerland.
 NO! MCG

MCG - gegen

Cliquez, si vous ne supportez pas Mouvement Citoyens Genevois. Expliquez pourquoi. | Click, if you do not support the Geneva Citizens' Movement. Say why.

Die Online-Wahlergebnisse für "MCG" im Graph

graph
Graph online : Mouvement Citoyens Genevois
Full functionality only if Javascript and Flash is enabled
GER: Das Mouvement Citoyens Genevois (deutschGenfer Bürgerbewegung, italienisch Movimento dei Cittadini Ginevrini) ist eine rechtspopulistische Protestpartei im Schweizer Kanton Genf. Unter dem Namen Mouvement Citoyens Romands beabsichtigt die Partei auch in den anderen Kantonen der französischsprachigen Schweiz aktiv zu werden. Im zweiten Durchgang der Wahlen zum Genfer Staatsrat am 10. November 2013 zog das MCG erstmals in die Kantonsregierung ein. Mauro Poggia erreichte mit 41'127 Stimmen den siebten Platz, im ersten Durchgang hatte er auf Platz sechs gelegen. Er muss gemäss Kantonsverfassung daher sein Nationalratsmandat abgeben, für ihn rückt MCG-Präsident Roger Golay nach. quelle FRA: Le Mouvement citoyens genevois (MCG) est un parti ...
für33gegen   Je soutiens déterminée. Mouvement Citoyens Genevois (MCG) est ma fête préférée. Par exemple, parce que ... (si je voulais savoir pourquoi ils sont bons, je l'ai écrit ici), positive
für33gegen   NO principe. Mouvement Citoyens Genevois (MCG) n'est pas un bon choix. Par exemple, parce que ... (si je voulais savoir pourquoi ils sont mauvais, je l'ai écrit ici), negative
Aktuelle Beliebtheit
für MCG
[TOP 4]

> Mouvement Citoyens Genevois > Neuigkeiten

Préférence cantonale et louvoiement syndical
 A l’occasion de la mise en œuvre, au 1er janvier 2018, de la préférence nationale “light” concoctée par contorsion intellectuelle aux Chambres fédérales en décembre dernier, et au sujet de laquelle nous avions déjà dit tout le mal que nous en pensions                                           http://poggia.blog.tdg.ch/archive/2016/12/30/philipp-muller-le-prestidigitateur-281152.html , la question se pose désormais des moyens mis à disposition des cantons pour recevoir et traiter les annonces que les entreprises désireuses de recruter dans les professions touchées lourdement par le chômage devront obligatoirement faire.En d’autres termes, les offices régionaux de placement - à Genève au sein de l’Office cantonal de l’emploi - devront traiter des milliers d’annonces supplémentaires, avec des outils informatiques dépassés et des ressources insuff
Frontaliers: Justifier l'utilisation de l'impôt à la source?
Dans un article publié le 27 juillet dans La Tribune, après s’être plaint de l’arbitraire de la répartition interne franco-française du montant de 281 millions versé par Genève aux Départements de l’Ain et de la Haute-Savoie sur l’impôt à la source prélevé sur le salaire des travailleurs frontaliers (Suisses compris), Antoine Vielliard, Maire de Saint-Julien, interpelle notre canton sur la part conservée dudit impôt:“Puisque l’enseignement des langues fédérales dans les écoles est si important pour Genève, combien de ces millions de francs d’impôts à la source sont consacrés par Genève à l’enseignement de ces mêmes langues aux milliers d’enfants genevois qui vivent en France? Combien sont consacrés à la mobilité transfrontalière? Combien de ces millions de francs d’impôts sont affectés au financement des tarifs appliqués aux frontaliers dans les filières de soins genevoises? Combien de centaines de millions de cotisations chômage des
Ignazio, Ignazio...
“Ignace, Ignace, c’est un petit, petit nom charmant”, chantait Fernandel.Oui, charmant, c’est bien le qualificatif d’Ignazio Cassis, candidat du PLR tessinois à la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral. Ajoutons, intelligent, compétent et polyglotte. Peut-on rêver mieux que ce gendre idéal pour accéder à la fonction suprême? Connaissant l’intérêt d’Alain Berset pour les affaires étrangères, notre Cassis national pourrait directement passer de la présidence de la CSSS-CN (commission chargée de la santé au conseil national) à la tête du département chargé de surveiller nos assureur maladie...Pas de problème, vraiment? Les compétences étant transférables du privé au public, et inversement, pourquoi ne verrait-on pas le PDG de Oerlikon-Bührle à la tête de notre Défense nationale?Il se trouve toutefois que notre papable est président de Curafutura, faîtière dissidente des assureurs maladie CSS, Helsana, Sanitas et CPT, lesquels ont
Les enfants gâtés en promenade !
Bravo pour le message aux enfants ..... "Et vous emmerdent" et c'est les mêmes qui prétendent prodiguer une bonne éducation à nos enfants!Vraiment les mots me manquent !Le parlement, les élus vous rappelleront que c'est l'Etat qui est au service de la population et non la population au service de l'Etat ! Le MCG veut le respect des mécanismes salariaux, veut moins de cadres et plus de gens du terrain. Que dire du DIP (instruction publique) avec ces 24 secrétaires généraux, les 100 directeurs, les sous-chefs, les sous-chefs des chefs????? Mais où sont les enseignants ?????La population ne vous suivra pas! Genève (500'000 habitants) a autant de fonctionnaires que Zurich (1,2 millions d'habitants)..... Allô, mais allô quoi?



 
load menu